Search for:
Peux tu nous présenter ton métier ?

Daphné : Je tiens mon blog depuis 2007 et cela est devenu mon métier à temps plein depuis que j’ai quitté mon travail chez Hermès en 2013. Mon mari Vincent m’a rejoint en 2017 et nous sommes désormais trois à temps plein sur le blog depuis septembre 2019. Sur mon blog je parle de mode, beauté, food et lifestyle mais aussi plus récemment de développement personnel et de bien être. D’autres gros projets très excitants verront aussi le jour en 2019 dans différents domaines !

Comment as-tu vécu le changement de dimension des blogueuses de la création de ton blog à maintenant ?

Daphné : Lorsque j’ai commencé à bloguer en 2007, c’était uniquement par passion et plaisir, sans aucune relation contractuelle ou commerciale. Ma communauté était encore naissante et a grandi au fil des années, en même temps que le milieu s’est professionnalisé. J’ai toujours conservé ma ligne éditoriale, même lorsque j’ai commencé à collaborer avec des marques. Un partenariat réussi c’est un article authentique, qui aurait tout aussi bien pu être écrit sans partenariat, qui reflète parfaitement la ligne éditoriale du blog et qui a un intérêt pour les lecteurs.

Pour toi, sans Instagram, la croissance du métier d’influenceur aurait-elle pu être aussi fulgurante ?

Daphné : Instagram a permis de mettre en lumière certains influenceurs et de faire naitre une nouvelle forme d’influence. Mais sans Instagram, je pense qu’on aurait trouvé d’autres canaux pour communiquer (YouTube, Twitter, Facebook, etc.)

Passes-tu plus de temps à créer du contenu pour ton blog ou pour tes réseaux sociaux ?

Daphné : Cela dépend des moments. Je crée rarement du contenu uniquement pour les réseaux sociaux. La grande majorité du contenu que je crée est publié sur le blog. Je retouche donc plus de photos pour un article que pour une publication Instagram. Au final, je passe plus de temps sur le blog que les réseaux sociaux et ma communauté me le rend bien : elle adore le fait que les articles du blog soient plus complets qu’une publication Instagram qui est par définition plus succincte. Depuis quelques mois, je vois une croissance incroyable (+100% de visiteurs uniques en 2018) et c’est notamment depuis que je publie des articles longs format sur le bien être et le développement personnel. Le blog me prend énormément de temps, la newsletter aussi et j’imagine plus les réseaux sociaux plutôt comme une plateforme parallèle au blog.

Avec la professionnalisation du métier sont arrivés les partenariats avec les marques, comment gères-tu la répartition de ton temps entre contenu organique et contenu sponsorisé ?

Daphné : Mon mot d’ordre est de n’accepter que des collaborations qui m’enthousiasment et correspondent parfaitement à ma ligne éditoriale. Je reçois des centaines de propositions par semaine et j’en refuse l’immense majorité. Soit parce que la marque n’entre pas du tout dans ma ligne éditoriale, soit parce qu’il s’agit d’une mise en avant trop peu naturelle et authentique. Pour moi, un partenariat réussi, c’est lorsque je produis un contenu sponsorisé qui aurait pu être présent sur le blog même s’il n’avait pas été en collaboration avec une marque. L’argent ne doit pas être le principal moteur de notre métier : notre métier n’est pas de créer des mises en scène pour des marques mais de créer du contenu intéressant à destination de notre communauté, pour l’informer et l’inspirer.

On voit de plus de en plus d’influenceurs mettre en garde les marques sur l’envoi massif de produits, une pratique jugée peu écologique et peu économique. Quel est ton regard sur la démarche des annonceurs et des agences ? Doivent ils plus personnaliser les envois quitte à en faire moins ?

Daphné : Oui ! Il est primordial de faire moins d’envois et de les personnaliser pour éviter toute forme de gâchis. J’aimerais aussi beaucoup voir disparaître les envois avec des écrans, des piles, de la colle, et tout un tas de matériaux non recyclables qui encombrent et posent de vraies questions écologiques.

Comment imagines-tu le métier dans les prochaines années ?

Daphné : En 12 ans de blog, les choses ont énormément évolué, mais le fond du métier reste le même : créer du contenu à destination de ma communauté et chercher à intéresser de nouvelles personnes. Le blog évolue également avec moi (je n’ai pas les mêmes problématiques qu’à 18 ans).
Dans les prochaines années, je me vois toujours écrire sur le blog, avec peut être encore plus de personnes dans mon équipe pour pouvoir proposer encore plus de contenu exclusif sur plus de plateformes, en plus de tous les autres projets professionnels que j’ai dans les cartons pour les mois et années à venir 🙂

Suivez Daphné sur Instagram et sur son blog.

Chiara Ferragni – l’histoire d’une blogueuse devenue une marque internationale

Author

Write A Comment